MIGE SOUS PRESSE///

Vendredi 6 janvier dans les ateliers d’impression du Lycée Maryse Bastié de Limoges était organisée une journée particulière. Les clauses de confidentialité furent signées, un périmètre de sécurité a été mise en place, les protocoles de destruction des macules étaient bien organisés : on a pu procéder à l’impression de l’amalgame comportant les 6 projets de billets de 1 mige conçus par les designer graphiques du DSAA1 de Raymond Loewy. Suite à ces tirages différents éléments seront ajustés pour aller vers une optimisation des différents choix en terme de protection contre la falsification. Puis sera organisée une consultation afin de choisir la gamme de billets qui sera la monnaie complémentaire locale de la Creuse. Ceux pour  qui la lecture de Philippe Derudder ou de Bernard Lietaer (http://www.lietaer.com/) reste ardue regarder le chapitre sur la création de monnaie complémentaire locale présenté dans le film Demain sera un bon moyen de comprendre pourquoi les projets de ce type s’inscrivent parfaitement dans des scénarios permettant de protéger ce qu’il reste d’humain, de concret et de nécessaire dans l’acte d’achat.

Les choix symboliques et graphiques fait par les DSAA1 révèlent cette recherche de sens à une échelle locale : le nom des lieux-dit qui composent le territoire, des mains qui échangent, le centre d’une grume montrant l’âge de l’arbre que l’on abat pour produire, l’attribution d’une valeur à la fougère et l’ancolie, la mise en avant des petits achats concrets du quotidien, le fait d’imager un circuit court de production ou l’idée d’utiliser le billet comme un support de messages fédérateurs d’une société privilégiant ce qui est soutenable sont autant d’axe de travail qu’on peut voir dans les 6 projets encore en compétition. Small is beautifull: a study of economics as if people mattered a été écrit en 1973, et certains de ses préceptes mènent à l’usage de monnaie complémentaire locale…ce que les Suisses ont fait depuis 1934 avec le Wir.
Publicités